Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

IA et neutralité logicielle

  • l'outils teragora, mes idées, le monde, la liberté

    je ne vais pas passer des heures à expliquer tout ce qui se trame... mais l'outils teragora qui correspond à un partage d'idées et d'arguments permet de retenir des éléments et d'y réfléchir.
    Je copie donc un peu en vrac .. car ça chemine...
    Etre libre c'est 

    La liberté de penser constitue-t-elle un frein à la liberté ?
    La liberté de penser paraît essentielle, mais est-elle nuisible ?

     La liberté est un droit qui ne peux être exercé que par des personnes responsables. Cette responsabilité s'acquiert par l'exercice de la pensée, elle n'est donc pas un frein, mais une clef. 

    Y a t-il un droit à la liberté ou est-ce un cadre territorial qui permet de vivre?

    Le droit a beau jeu d'être partout, mais c'est une notion de plus en plus obsolète utilisée par la contractualisation générale du système. La liberté n'est pas un droit, mais un cadre d'exercice de l'action humaine en particulier.

    --> la responsabilité est une hypocrisie qui tend à désigner quelqu'un pour agir et prendre des décisions, par lui-même et dans le but qui lui a été donné. * dans les faits, les personnes qui font un écart, des erreurs ou qui sont trop lentes à réagir, ou qui n'ont pas suffisamment de délégation en retour d'observation ou d'alerte; ... ne sont pas soumises à une dévaluation de leur statut ou à un quelconque retrait de ce pouvoir.(faux pour le commun des mortels mais vrai pour toute personne qui a un réel pouvoir, politique ou économique notamment).

    --> le droit pourrait être un cadre virtuel (par ses codes) d'exercice de la liberté, mais il correspond surtout à un exercice assimilé à une structure bureaucratique liée à l'économie (dont on peut lier la propriété ou l'espace public). ==> le cadre de la liberté c'est de pouvoir exercer sa volonté où qu'on soit sur un territoire donné en sachant admettre la diversité des espaces intimes et la volonté individuelle de modeler son propre territoire à "sa façon":

    il existe donc bien des frontières dans ce territoire afin que chacun-e puisse avoir une résonance réel externe à lui-L-même: le lieu "privé", intime en particulier.

     

    Il faut rédiger une constitution Européenne 

    C'est une bonne idée mais en pratique, très très difficile à modifier

    Alors que les divers traités nous passent devant le nez sans qu'on ait pû les modifier... Qu'ils sont ratifiés en mettant en avant une culture inadaptée aux changements et des théoriciens de l'économie archaïques ! --> ré-écrire cette constitution est un vaste sujet qui, du fait de s divers Etats ne pourra se faire avant longtemps. --> reconditionner/ ré-écrire les modes d'élections de nos "élus" dans l'obligation de tenir compte des avis du "peuple" à travers des outils référendaires obligatoire en consultation serait un premier pas. ...

    Ça veut dire laisser moi continuer à vous entourlouper et à gagner ainsi beaucoup d'argent. 
    Le droit a beau jeu d'être partout, mais c'est une notion de plus en plus obsolète utilisée par la contractualisation générale du système.

    La liberté n'est pas un droit, mais un cadre d'exercice de l'action humaine en particulier.

    --> la responsabilité est une hypocrisie qui tend à désigner quelqu'un pour agir et prendre des décisions, par lui-même et dans le but qui lui a été donné.

    * dans les faits, les personnes qui font un écart, des erreurs ou qui sont trop lentes à réagir, ou qui n'ont pas suffisamment de délégation en retour d'observation ou d'alerte; ... ne sont pas soumises à une dévaluation de leur statut ou à un quelconque retrait de ce pouvoir.(faux pour le commun des mortels mais vrai pour toute personne qui a un réel pouvoir, politique ou économique notamment).

    suite .. :  

     La liberté est morale. croire être libre parce qu'on est un assassin ou un maudit, c'est se leurrer: la liberté se joue sur un territoire, se permettre des excès dangereux pour la vie des autres, ce n'est pas être libre c'est être voyou. En fait c'est simple, dès qu'on sort d'une morale, on retombe sur une autre, voire sur un code qui la régit !

    L'homme a toujours -sa- morale personnelle, mais il n'est libre que parce qu'il peut agir dans un cadre qui lui permet de s'exprimer comme il l'entend..
     
    Ako Zoom mais AVEC les autres, et parfois à leur dépend.
    La liberté s'exprime, est visible, donc d'abord collectivement, sinon, seuls, nous sommes nous-mêmes .. rattachés (ou détachés) de nos propres contraintes.
    La morale est en dehors de la liberté mais est souvent utilisée à fins de limiter le cadre de la liberté: elle justifie ainsi des contraintes collectives.
    --> la liberté est donc un territoire de choix d'agir choisi collectivement et par tous ses "habitants" sans exception.
    --> ne pas avoir de morale c'est de se placer dans aucun territoire collectif et de rester centré sur soi: ainsi cette liberté individuelle n'a de morale que l'intérêt que peut opportunément permettre un territoire donné: il s'agit donc d'une morale auto-centrée et pathologique: soi, soi, soi. (ego ?)
    ==> on pourrait en conclure eau passage que ces "amoraux" n'ont de liberté que de jouir des autres, n'ayant pas de territoire commun, ils squattent celui des autres afin de se donner une position: leur liberté est ultra-limitée à leur "être seul".
     
    être libre n'est pas une utopie car il s'agit bien de créer des territoires qui permettent le maximum des expressions individuelles et dans un soucis d'accueil des diversités. Etre libre c'est vivre sur un territoire qui permet d'agir auprès des autres selon des critères de "bien-être" et de confort moraux et physiques.
    Il s'agit de déterminer les règles inutiles et celles qui prévalent parce qu'elles sont consensuelles sur un territoire donné toujours.
  • Des étapes entre d'autres vers une Post-Démocratie

    Le grave problème de la politique est de la ramener sur des sujets "sortis du chapeau" qui sont totalement déphasés par rapport à l'urgence de l'action !
    Faire de la politique c'est humain, et ça enchaine aussi vers de dogmatismes démonstratifs et puis la parole se précise..
    Mais aujourd'hui la politique à mettre en phase donc, est celle de la parole publique, celle qui s'exprime de travers ou suit les courants massifs d'opinions guidés par les medias industriels... autant dire qu'ils ont une idée fausse du monde dans lequel ils pataugent. !Notre effort à tous-tes, actuel est de re-centrer cette parole vers des "actions directes" non pas impulsives ou sorties des cartons des années antérieures (car en pause électorale), mais bien dans un mouvement de volontés à trouver des cadres que tout le monde comprend et accepte: la ré-actualisation de la constitution est une priorité en effet.
    Mais il s'agit d'y adosser des outils qui permettent la parole publique dans ce qu'elle a de profond en chacun-e, de ce qui "gène" à dire devant les autres, mais qui est possible: là je suis de très près des outils que je nomme neutres car ils sont comme une pince: des outils qui ont une raison première: celle d'aider à FORGER une décision juste.
    Cela passe donc par une série de définition des problématiques réelles et non en surface (car les superficielles (comme un petit boulot à rien d'€ ou une industrie qui n'est plus utilisée qui engendrent des manif' ponctuelles et peu efficaces (mais c'est bien l'un des seuls moyens autorisés)..) sont la caractéristique des Ppol (personnage politique) qui font des raz de hurlements par des grossièretés soit disant réformistes ou des menaces sans régulateur..etc: les Ppol ne sont QUE des tribuns qui doivent donner une parole de ce qu'ils considèrent du monde: mais ils ne devraient plus être aux commandes: ils sont nuls pour cela, car leur formation leur a appris à utiliser le passé et la culture comme outils de décision et non la réalité et les vraies problématiques.): ils sont aussi hyper-formatés et "à côté" de la plaque de la vie réelle pour ce qui est des sphères ministérielles.
    --> ces outils neutres sont des moyens clairs et simplifiant les démarches de débats comme de propositions et des contre-arguments justifiés: au final, ce n'est pas seulement un consensus mais une logique du faire qui émerge, conciliant les uns et les autres dans un mode constructif.
    --> ils évitent les sur-règlementations des débats de fin de soirée devant un maire qui n'accepte que ce qui a été accepté à l'ordre du jour..etc = pas de spontanéité et pas de réflexions en public ! dommageable !
    --> l'art de la rhétorique, en effet, de répondre, c'est aussi ce spectacle utile de Ppol capables de donner des arguments de leurs "camps" et d'éclairer les points de vue normalisateurs de ces courants partisans: ils ne sont le reflet que de vieilles théories éculées, obsolètes et inadaptées en général à ola sortie ou à l'émergence d'un autre support systémique: ils considèrent tout dans l'ordre du système et bloque invariablement toute novation: c'est le système constitutionnel qui crée cela mécaniquement: et chacun-e d'obéir en toute bonne foi ! Hélas .. ce système est une entrave à l'expression, personnelle comme collective !

    --> pouvoir amener à une justesse d'actions, de ce qui doit être fait, passe par ces outils qui offrent l'espace de délibération approprié pour résoudre les conflits sociaux comme pour faier émerger des solutions originales: je vous laisse ce lien pour ceux qui souhaiteraient les tester (et oui, ils sont en beta encore, mais ça avance !): http://pear.ly/bcSE1 et le groupe fb: https://www.facebook.com/groups/upgradedemocracy/
    --> la POST-Démocratie s'inspire d'une démocratie directe mais a bien plus de performance en terme de réalisme et de prise en compte de tous les problèmes sous-jacents à celui qui est mis en scène, elle inclue aussi beaucoup plus d'acteurs que de laisser les agents du système agir seuls.
    ----->Elle est intégralement de droit naturel et non de droit positif: voir http://sizo.future-architecture.org/entreprise-civile/droit-naturel/
    -------> elle n'est plus représentative au sens d'une seul leader commande l'ensemble, ni présidentielle. Plutôt collégiale en correspondance; et son territoire est diversifié aux régions et non plus à un territoire nation: les "sous-cultures" ont ainsi l'occasion de continuer enfin leur maturation.
    ---------> elle a besoin de toutes les informations et de se baser sur des structures de valeurs en synergies (Ethique commune voire universelle quand c'est applicable et réaliste) - open-data et conscience ouverte -

  • Mais vous êtes où ???

    Sur un programmes de discussion et de vites ..  nous cherchons à organiser ces groupes qui ne  le sont que de leur côté mais qui ont pourtant des objectifs similaires...

    Nous devons avoir des cartes de visions futures et être cohérents... j'explique ne partie mes vues et ce qui les soutient:

    Une cartographie des objectifs sains pour notre société, des “sous-projets” qui y mènent.
    Une lisibilité et une cohérence globale, trouver les moyens de fédérer par individu libre et non de groupe tout en indiquant les emblèmes de groupes: leur dogme traduit des directions parfois inamovibles: indiquer ces essences.
    Définir des intérêts communs à chaque régions et voir comment se répartissent les objectifs…: impliquer les groupes divers (assoc + partis..) dans la définition de ceux-ci et en retirer aussi les idéologies: mise à plat de la réalité et des besoins urgents par rapport à ceux qui sont déco. …
    Créer une carte des projets “qui se tiennent” sur toute la FRAnce en premier lieu de cohérence: non plus des intérêts locaux ou de partis mais bien ce qui est la réalité : des régions n'auront peut-être pas tant de besoins si forts que d'autres: les inégalités doivent être transformées en équités de droit !

    Organiser en constatant les dysfonctionnements dûs aux modes de prises de décisions sur des projets influents globalement. Les objectifs et les groupes allant dans des directions similaires créeront des supports emblématiques mais non embrigadant.

     

    On sait que nous ne sommes pas assez pour tout faire ..

    Nous pouvons remarquer que beaucoup de gens sont pourtant dans un état d'esprit "quand cela va se terminer ?"

    De multiples groupes sont constitués et analysent, agissent, avancent.

    Doit-on les appeler "spécialistes" ? et tendre vers un mécanisme de pré-mâchage d'explications/de décisions/de démonstrations par des spécialistes en supposant qu'ils vont savoir répondre... Oui .. et NON, en fait ils sauront expliquer leur propre secteur mais ne sauront pas toujours s'extraire de leur démo. pour penser stratégie globale:

    Transdisciplinarité c'est le terme qui doit convenir pour moduler et construire:

    des spécialistes n'ont pas tous les outils pour intégrer leurs éléments à une analyse globale.

    Ainsi une personne de bon sens saura voir les défauts directs mais sans les expliquer, le spé, serait-il pris dans un échafaudage par lequel il structure sa vision ? = il aide à préserver son propre domaine. Il doit donc y avoir une répartition ouverte et non spécialisée, mais dans laquelle des spé se "baladent" autant comme personne ouverte mais non indiquées comme spé, dans tout groupe où il peut donner un avis sensé: l'usage d'un spé c'est pour faire pédagogie de phénomènes incompréhensibles de visu.

    C'est comme de laisser des politiques diriger le pays: ils ont une vision close, ils font faire des dossier et .. les retournent vers leur avantage de maintien.. occultations d'info, mise en valeur d'autre: le spé ne peut décider dans son secteur, juste expliquer.

    Donc une organisation est composée de groupes de projets successifs et convergents vers un projet phare (un entonnoir=liqueur):

    --> organiser le nouveau type d' "Etat" c'est voir les domaines, coordonner les groupes avec méthode "en direction de.." et là il nous est nécessaire d'user de méthodes pour savoir un ensemble de "traits" qui aideront à indiquer des objectifs clairs: ex: revenu de vie, entreprises civiles, définir des territoires culturels ( régions ?), poser les bonnes valeurs et leurs liens efforts en commun contribuant au confort de vie générale sur un territoire, indiquer des gouvernances neutres et du possible (pas de crédit !) mais des mutualisations en basculement annuel..la création d'une monnaie en chaque région adaptée ou une monnaie mondiale évaluant chaque marchandise à son prix/coût juste (dans ce qui le compose) ...

    --> donc un nombre suffisant de paramètres de société qui influenceront notablement la vie quotidienne

    --> la carte des groupes avait été commencée, mais le nombre élevé de groupuscules et de démarches non coordonnées ou incohérentes (pas assez de fond) a été fatal: le combat menait à des manif. inlassables et sans force: maintenant si ces groupes acceptent une cohérence liée à un outils de décision et de votation rapide.. un peu comme celui-ci.. mais avec plus de doc et de poids sur le comment et le quoi,...

    --> c'est pour cela que j'accentuais l'utilisation non plus de discussion qui restent locales et redondantes, mais d'outils neutres et référant les arguments et le poids de ceux-ci.. dont un en test qui est capable de retirer les projets les plus pertinents (parmi un panel restreint hélas) (satisfaction) tout en indiquant le taux de résistance: un ordre de priorité se crée de lui-même, impossible à trouver sans une direction même en sociocratie...

    --> faudrait-il indiquer une histoire future ?

    --> tout cela c'est à plusieurs car très long pour une personne à rassembler en un doc propre et clair... ==> le recrutement doit se faire par intérêts multiples des groupes contactés pour des domaines cartographiés: des ilôts de convergence

    ==> ceux-là sont pour moi des hyperstructures: il s'agit d'organiser autant géographiquement que sur un modèle, un ou des objectifs adaptés.

    ==> lister l'ensemble des besoins simples, des domaines

    ==> réaliser par copies de ce qui se fait déjà et qui est éthique et "validé" par tous les groupes: avoir donc une plateforme de centralisation des réussites/échecs et leur parcours stratégique et process. ==> renvoyer à tous, une visualisation de plus en précise de ce qui va être et de sa non-dangerosité, de sa paisibilité..

    --> participations multiples et dénommées dans le projet: rôles et choix par des emblèmes et non des partis ou l'obligation de soutenir une seule voie philosophique: liberté individuelle tout en indiquant ce que sont les groupes sur une carte de plus en plus précise de leurs orientations: non militantisme mais actions diverses individuelles sur des réalisations concrètes...

    --> pas de discours politique, mais une constatation qui ne peut avoir d'argument justifiable:

    les faits parleront !

  • Sciences - temporisation - rigueurs et Universalismes


    OU comment trouver les étapes de structuration de nos sociétés à venir ?
    et sur quelles bases les fonder ?


    ...il y aurait une série d'étapes des civilisations: 1 croyances magiques - 2 animisme - 3 cultes païens - 4 religion officielle - monotéisme ...etc en un cycle , nous en serions au retour de l'animisme ? ;) (je fausse les cartes ..) Quant aux très anciennes civ. elles sont marquées par le peu d'habitants, les conquêtes, les mises en esclavage et les massacres, de très très rares "scientifiques", des technologies qui s'affinent et se diffusent dès les premiers moyens de communication.. de plus en plus vite...
    Si on cumule tout ce savoir dans ce que nous avons nous en tête, nous serions des génies !
    Il y a aussi un truc bien déployé, c'est le fait religieux, qui semble s'opposer rapidement au fait scientifique, tout relatif et temporaire, contrairement au religieux qui est donné comme infini et perpétuel, une merveille.
    Et vous savez quoi ? .. LA science demande une rigueur et un éveil de la conscience bien plus élevé que la religion qui s'accorde à donner des idées universelles que nous avons en nous tout en les ritualisant puis en les délivrant pour pardon..etc (biais à terme..).
    La science est d'abord contre-intuitive et particulièrement détestable dans ce qu'elle affirme alors que l'entendement ne le comprend ni ne le voit ! Ce ne sont plus des rituels, mais des apprentissages nécessaires qu'elle délivre avec difficulté de compréhension.
    Un autre point est aussi la simplicité que nous avons à comprendre les mythes, à les aimer, à les écouter ...
    La science s'oppose au sens commun et pose de nombreuses barrières à l'infini de la pensée: pire, la rigueur statutaire du scientifique l'oblige à restreindre sa croyance pour ne pas être confondu avec un charlatan ! .. duplicité de l'esprit qui ne peut marier intuition et expérimentation.
    Cette rigueur nécessaire à une justice de publications scientifiques couronnant ces écrivains d'élite, s'est répandue dans ce que nous nommons des normes, des interdictions tout autant que des protections individuelles ..

    Bien, soit c'est leur challenge ! .. Mais cette rigueur comptable oblige chacun a devenir un produit de choix, restreint et contrôlable le long de sa vie dont il a fait lui même le label dans sa définition de lui-même.. Ce récit de soi, pour être encore rigoureux, nécessite des examens pour prouver un niveau de compétence face aux examinateurs filtreurs ! ..etc

    Ce monde est complexe parce que des gens qui ont voulu bien faire en s'attachant à des pseudo-sciences telle que l'économie, ont créer des niveaux hiérarchiques particuliers d'aptitudes spécifiques mais toujours et encore limitées .. Et oui, est chercheur (le plus haut niveau scientifique) celui qui a ingurgité et régurgité tel quelle sa science. (voir plus haut l'incroyable toile culturelle du philosophe Stiegler).. oops, enfin pour les enseignants.. ooh et tant qu'ils le restent par la diffusion de leurs recherches: l'aboutissment est loin, l'étape est justifiée, les constats faits. (mince ! trop bref et facile !) PROVOC'
    ..
    Nous aimons tellement les contes, tandis que notre société tente vainement de nous protéger de nos folies ...

    Les marchands, là-dessus tout autant que les financiers, ceux qui sont aux commandes de la délivrance des moyens de vivre, lesquels ont aussi été par définition, restreints dans un but louable (?)...

    A n'en plus finir, les injustices claironnent car elles sont bien des contournements directes des scientifiques structurant (hhumm devenus des bureaucrates hélas !!) nos moyens d'échanges et d'habiter.

    --> l'intéressant actuel c'est qu'il y a une coïncidence entre les faits scientifiques et les croyances de fond en un individu doté de facultés universelles (heu, j'ai pas insinué qu'un dieu est en lui .. ;))
    Celles-ci datent .. des origines de nos besoins de survie en zones naturelles (des tribus servent de témoins à ces faits).
    --> Autrement dit: tout porte à estimer que la rigueur scientifique peut être un outils efficace de reprise d'une direction viable et saine, durable enfin soutenable aussi.

    --> Lorsque les agents responsables des errements et des injustices flagrantes auront été déterminés (ils le sont, tel Monsanto !!), le jeu des puissants qui fuient tout en utilisant les mécanismes comptables défaillants tels les richissimes grecs ..., les études biaisées et orientées des ultra-banques mises à plat.. enfin j'en passe, nous les connaissons un par un.

    --> par cet épluchage non pas comptable mais de bon sens (il s'agit pas d'effacer une ligne mais de déchirer la page !!), !NOUS pourrons établir des bases sereines (donc qui ne font plus peur à tout le monde dans cette folie du lendemain refoulée en un espace sauvage urbain !)

    -->recréer une structure est délicat et difficile. Utiliser les pans et colonnes qui tiennent de justes institutions est nécessaire et tant que c'est pas de l'auto-promotion (encore que cela dépende du type d'institution). Adosser et relier l'ensemble léger et tendu des croyances justes et non néfastes, des universalismes propres aux humains et bâtir ces plateformes flexibles de mutualisation comme des territoires ajustés aux besoins et à la population.
    -->C'est aussi pourquoi je traine sur ces logiciels (y compris d'intelligence artificielle), que j'indique comme étant neutres dans le résultat qu'ils donnent d'après les débats et éventuels votes/choix des populations concernées.
    --> Le respect des autres cultures .. des non-scientifiques, voire hyper-religieuses, des dictatures ? ... pourrait être dépouillé d'un jugement moral par un simple jeu de déshabillage honnête de leur structure actuelle, les liens de marchandages ne pouvant plus être cupides ou vaniteux déformeraient celles-ci en un besoin de se raccorder à cette nouvelle donne: non plus une visée économique pour s'approprier des ressources, mais une poussée vers l'élan humain que ces sociétés ouvertes auront adopté. = échanges sur une autre comptabilité que celle du cycle marchand.. (celle de ce qu'il est possible de distribuer et d'échanger tant qu'il y en a encore...prévision sans stock épargné autre que de secours )
    --> dans ce mode ou chacun est véritablement une part du TOUT humain/sociétale/Terrien à la mesure de son engagement, mais de son effort et de l'émulation qui lui est donné; la hiérarchie est bienveillante et élévatrice vers cette connaissance qui n'est plus un "à moi !" (processus qui lui, hélas est aussi bel et bien inscrit dans nos cerveaux, comme le désir d'avoir ce que l'autre possède !!)
    --> "l'openness" "l'ouverture d'esprit", sont de rigueur !
    --> les biais concurrentiels ne concernent plus la destruction des autres mais l'amélioration constante des produits jusqu'à leur durabilité éprouvée, ... le cycle d'innovation est rétabli en un jeu de nouveauté pour tous nos esprits avides de savoirs, plus mieux, autrement.
    --> !NOUS sommes universels. individuels. conscients.

    **cela rétablit-il le "Universalité-équité-connaissance" de ce nouvel univers dans lequel nous entrons ?
    ..bla, ben quoi ? je vous ressors en vrac ce que j'ai lu/entendu  dernièrement, en toute vulgarisation.. pourvu que cela !NOUS rapproche..
    * un manifeste !! ;)