Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

EvO_encours

  • l'outils teragora, mes idées, le monde, la liberté

    je ne vais pas passer des heures à expliquer tout ce qui se trame... mais l'outils teragora qui correspond à un partage d'idées et d'arguments permet de retenir des éléments et d'y réfléchir.
    Je copie donc un peu en vrac .. car ça chemine...
    Etre libre c'est 

    La liberté de penser constitue-t-elle un frein à la liberté ?
    La liberté de penser paraît essentielle, mais est-elle nuisible ?

     La liberté est un droit qui ne peux être exercé que par des personnes responsables. Cette responsabilité s'acquiert par l'exercice de la pensée, elle n'est donc pas un frein, mais une clef. 

    Y a t-il un droit à la liberté ou est-ce un cadre territorial qui permet de vivre?

    Le droit a beau jeu d'être partout, mais c'est une notion de plus en plus obsolète utilisée par la contractualisation générale du système. La liberté n'est pas un droit, mais un cadre d'exercice de l'action humaine en particulier.

    --> la responsabilité est une hypocrisie qui tend à désigner quelqu'un pour agir et prendre des décisions, par lui-même et dans le but qui lui a été donné. * dans les faits, les personnes qui font un écart, des erreurs ou qui sont trop lentes à réagir, ou qui n'ont pas suffisamment de délégation en retour d'observation ou d'alerte; ... ne sont pas soumises à une dévaluation de leur statut ou à un quelconque retrait de ce pouvoir.(faux pour le commun des mortels mais vrai pour toute personne qui a un réel pouvoir, politique ou économique notamment).

    --> le droit pourrait être un cadre virtuel (par ses codes) d'exercice de la liberté, mais il correspond surtout à un exercice assimilé à une structure bureaucratique liée à l'économie (dont on peut lier la propriété ou l'espace public). ==> le cadre de la liberté c'est de pouvoir exercer sa volonté où qu'on soit sur un territoire donné en sachant admettre la diversité des espaces intimes et la volonté individuelle de modeler son propre territoire à "sa façon":

    il existe donc bien des frontières dans ce territoire afin que chacun-e puisse avoir une résonance réel externe à lui-L-même: le lieu "privé", intime en particulier.

     

    Il faut rédiger une constitution Européenne 

    C'est une bonne idée mais en pratique, très très difficile à modifier

    Alors que les divers traités nous passent devant le nez sans qu'on ait pû les modifier... Qu'ils sont ratifiés en mettant en avant une culture inadaptée aux changements et des théoriciens de l'économie archaïques ! --> ré-écrire cette constitution est un vaste sujet qui, du fait de s divers Etats ne pourra se faire avant longtemps. --> reconditionner/ ré-écrire les modes d'élections de nos "élus" dans l'obligation de tenir compte des avis du "peuple" à travers des outils référendaires obligatoire en consultation serait un premier pas. ...

    Ça veut dire laisser moi continuer à vous entourlouper et à gagner ainsi beaucoup d'argent. 
    Le droit a beau jeu d'être partout, mais c'est une notion de plus en plus obsolète utilisée par la contractualisation générale du système.

    La liberté n'est pas un droit, mais un cadre d'exercice de l'action humaine en particulier.

    --> la responsabilité est une hypocrisie qui tend à désigner quelqu'un pour agir et prendre des décisions, par lui-même et dans le but qui lui a été donné.

    * dans les faits, les personnes qui font un écart, des erreurs ou qui sont trop lentes à réagir, ou qui n'ont pas suffisamment de délégation en retour d'observation ou d'alerte; ... ne sont pas soumises à une dévaluation de leur statut ou à un quelconque retrait de ce pouvoir.(faux pour le commun des mortels mais vrai pour toute personne qui a un réel pouvoir, politique ou économique notamment).

    suite .. :  

     La liberté est morale. croire être libre parce qu'on est un assassin ou un maudit, c'est se leurrer: la liberté se joue sur un territoire, se permettre des excès dangereux pour la vie des autres, ce n'est pas être libre c'est être voyou. En fait c'est simple, dès qu'on sort d'une morale, on retombe sur une autre, voire sur un code qui la régit !

    L'homme a toujours -sa- morale personnelle, mais il n'est libre que parce qu'il peut agir dans un cadre qui lui permet de s'exprimer comme il l'entend..
     
    Ako Zoom mais AVEC les autres, et parfois à leur dépend.
    La liberté s'exprime, est visible, donc d'abord collectivement, sinon, seuls, nous sommes nous-mêmes .. rattachés (ou détachés) de nos propres contraintes.
    La morale est en dehors de la liberté mais est souvent utilisée à fins de limiter le cadre de la liberté: elle justifie ainsi des contraintes collectives.
    --> la liberté est donc un territoire de choix d'agir choisi collectivement et par tous ses "habitants" sans exception.
    --> ne pas avoir de morale c'est de se placer dans aucun territoire collectif et de rester centré sur soi: ainsi cette liberté individuelle n'a de morale que l'intérêt que peut opportunément permettre un territoire donné: il s'agit donc d'une morale auto-centrée et pathologique: soi, soi, soi. (ego ?)
    ==> on pourrait en conclure eau passage que ces "amoraux" n'ont de liberté que de jouir des autres, n'ayant pas de territoire commun, ils squattent celui des autres afin de se donner une position: leur liberté est ultra-limitée à leur "être seul".
     
    être libre n'est pas une utopie car il s'agit bien de créer des territoires qui permettent le maximum des expressions individuelles et dans un soucis d'accueil des diversités. Etre libre c'est vivre sur un territoire qui permet d'agir auprès des autres selon des critères de "bien-être" et de confort moraux et physiques.
    Il s'agit de déterminer les règles inutiles et celles qui prévalent parce qu'elles sont consensuelles sur un territoire donné toujours.
  • Tirage au mauvais sort ? ppfff tant à faire pour y arriver ...

    L Louis, député belge de son état, prit laparole pour répéter son nouveau mécanisme: le tirage au sort selon chouard ...Il avait 5min ,et il s'est répété au moins 3 fois ..
    pour aller au bout (et il a bénéficié d'une "urgence " (on a ça en France ?)) ... il devra démontrer le bienfait d'un système qui permettrait à quelques faux volontaires (partisans...) de mettre des grains de sable à la réflexion de fond, à toute affaire en cours pour être immédiatement stoppée.
    Avant d'avoir "n'importe qui comme volontaire, une sacrée dose de méthodologie pour savoir proposer, .. et cela ne se ferait qu'à la mise en place d'ouvertures des données, de toute l'info. .. d'une vision globale, d'une pédagogie..etc ..
    Enfin les assemblées ne sont pas les lieux d'inventions mais de rapports et de départ pour des dossiers d'études, de diffusions d'un travail annexe et non visible à ce moment là:...
    Mais ... mais , des députés siégeant depuis 45 ans , ça fait vraiment dépassé en effet !
    Il y a juste que derrière cette façade d'apparat personnage politique du rôle de député, des heures de réflexions avec des conseillers et techniciens divers, de rédactions par d'autres, d'heures diverses en public pour en apprendre ou simplement pour le contact. En bref, des volontaires qui sauraient naviguer dans les méandres des partis sans être eux mêmes des jouets d'idéologies ??
    Y a un vaste programme en plus du tirage au sort qui n'est pas indiqué.
    JPB, si tu as des éléments solides qui montrent "l'insertion" de ce tirage au sort dans un processus de construction post-démocratique, indique le nous.
    J'ai de sérieux doutes sur sa mise en place, sur le fait que tout cela est à la fois basé sur la ré-écriture d'une constitution pour se transformer en un tirage au sort manu-militari venant de nulle part.. Sur des préjugés généralisés contre les députés.. même si ...
    Attaquer le système plutôt que les "acteurs", même faux et désemparés serait plus efficace: comment ces députés auraient-ils l'intention de l'écouter alors que LL mélange tout de la proposition de chouard, qui elle-même n'a pas de base solide pour être mise en oeuvre...
    C'est pour ça que cette représentation, dans ses actes d'éloquences sont des rappels à la vérité d'une mise en scène. Mais qu'il est contestable de laisser sans un support du pourquoi ou du comment des "élus" s'accaparer de la prise de décision, laquelle est d'ailleurs issue de rapports et de discussions avec quelques experts et /ou autres lobby éventuel aussi (expert eux-mêmes)..etc Que toute l'administration au moment où elle agit pour un PPOL est orientée dans une conduite partisane (qui est le chef d'oeuvre de la collusion partisane, de pouvoir bénéficier d'un système où des humains sont d'emblée attelés à leur réussite): chacun-e fait au mieux... et le ppol discute des avantages d'une solution face à une autre sans jamais remettre en question la proposition, car la généralité est le plus sûr moyen de répondre dans une moyenne demande: point trop de bouleversement et de changement, ni de signes de divergences...
    L'idée d'une rotation des personnes aux places de décideurs est tout simplement l'idée de garder le système tout en faisant tourner les têtes... en se donnant des thèmes qui pourraient être différents de ceux traités aujourd’hui (au mieux) ..mais cela sera hors compétence des administrations, incapables de voir ailleurs, d'autres règles que les existantes: la nécessité de remplacer aussi ces strates de bureaucratie sera fatale. Car ce n'est pas une mince afaire que de faire tourner un bureau d'élu sans qu'l y ait une sorte de consentement tacite des "petites mains": n'oublions pas le nombre de gens non "manager" dans l’âme mais tout bonnement "petits chefs" parce qu'ils croient que c'est ainsi qu'on doit se faire obéir et que ça avance ..etc
    Une sacrée formation donc pour tous ces employés vivotant autour des habituels élus. (une rotation au tirage au sort avec compétences particulières est possible ? Même une rotation de ces emplois devenant flexibilité réelle, et bientôt géographique ?) ...
    Il ne s'agit plus de râler (radoter) en disant que les élus sont des nuls mais de savoir comment une décision depuis un phénomène de société qui devient politique, peut devenir un sujet d'études vers une solution, voire une solution immédiate dont on a les aboutissants déjà...?
    De mettre à plat des privilèges datant d'une époque de collusion entre affairistes et une époque de naïve sincérité doublée d'un prisme déformant à l'idéologie d'un parti: illusion de l'élu-E lui-L-même, trompé-e par une idéologie politique...etc
    De démonter les vrais rouages du système et non pas juste les huiler autrement ...
    De multiplier le nombre de tiré-es au sort afin de pouvoir traiter l'ensemble des dossiers .. qui ? quoi ? paiera cette différence de mise en service ? si le système est identique et le traitement de ces dossiers identiques ?
    Qu'est-ce que le système ? .. une somme d’administrations, de procédures et de processus qui se développent les uns sur les autres, d'une quantité incroyable de personnes naviguant à vue sur les opportunité d'impasses ou de possibilité offerte, par la simple rencontre et les moyens financiers de faire avancer un dossier contre un autre .. : des intérêts d'économie et de maintien du système dans ce qu'il a comme fonctionnement un marché à faire perdurer, moteur essoufflé de cycles de marchandages/productions/achats-conso qui permettent de faire tourner l'ensemble de domaines de "boutiques" où des gens triment en se demandant pourquoi ils-L ne peuvent faire autre chose pour s'en sortir que d'avoir accepté d'être là, à gagner sa vie...à faire ce qu'il faut par la logique du passé, de la famille, de l'environnement, de l'ordinaire. A force de faire tourner un système où la majorité n'a qu'une place d'élément négligeable dans la vie de la société (tout le monde y étant remplaçable par un clone sorti de pas loin..).. Où même le syndicalisme n'ose prendre des voies qui diffèreraient de ce qui est tracé contractuellement parce que c'est une voie légale, oui, mais balisée et cyclée, c'est à dire qui boucle sur elle-même sans pouvoir résoudre autrement qu'avec une force centripète: virer le trop de salaires que représentent ces âmes en nécessité de travailler ... Quelle réponse pourrait-il avoir ce syndicat ? il est partie intégrante du système, même s'il défend correctement ses ouailles et les autres non encarté d'ailleurs ...
    Une seule personne à la tête d'une décision cruciale ? .. c'est un héro en puissance qui va être statufié. Rien à voir avec une décision profonde, sensée et intelligente: ce sont des réponses banales et déjà écrites.
    SAUF que nous sommes dans une phase où les réponses se montent sur le travers du système..
    Et qu'il est temps d'arrêter de croire que nos Personnages POLitiques sont tout puissant à voter des lois, à choisir les dossiers.. Un ensemble les soutient dès qu'il savent marcher sur 2 jambes de leurs idéologies réciproques, la valse des administrés s'embrayent, les affaires reprennent comme elles peuvent, quand elles le peuvent: mais c'est aussi une question de fonds financiers et de régalades par les citoyens ... Les mécanismes généraux incorporent un contexte de marchandage qui n'a lui que très peu de visées politiques autres que de vendre ses services/produits/hommes... La vision d'une centralité des élus me parait aussi fallacieuse et focalisée (ok normal ils sont sur la scène), regardons autour, y compris les spectateurs qui les paient e ceux qui les houspillent: quelles sont leurs participations dans les forces de manivelles qu'ils font eux-L aussi tourner au service d'une idéologie systèmique passée, solide comme un devoir persister, malgré tous ses défauts, quitte même à inviter des anonymes, prenant le temps (lequel ?) de comprendre des dossiers qui impliquent nombre de leurs voisins, eux-mêmes, alors qu'ils n'ont pas la moindre idée de leur propre implication systémique. Tout cela demanderait une pédagogie immense, une mise en œuvre au-delà de tout et une humilité qu'ils n'auraient que bien rarement: autrement dit des cheffaillons d'un loto bien peu démocratique, orchestré par qui les éduquerait (oui qui ?) à répondre avec telle ou telle orientation d'expert ou de partisan/militant...
    Un point de vue individuel n'est qu'UN point de vue parmi d'autres plus ouverts:
    -->c'est donc sur la mise en logique des choix de projets, de leurs bases fondamentales, des paradigmes qui les impliquent, qui doivent être diffusés et presque découvert afin de se tenir sur des fondations stables et lisibles; plutôt qu'un sol boueux et glissant, fait de chausse-trappes et de divergences individuelles que serait un tirage au sort non efficace pour des décisions sur de grandes populations (en fait dès qu'il y a éloignement du dialogue direct)... La nécessité de revoir les façon de déterminer les "bons projets" des projets d'apparats et de stricte idéologie est aussi une priorité...
    Démonter le concept de nation semble l'une des possibilités de fonctionnement du tirage au sort, restreint à une décision simplifiée et locale. Marrant! Ca parait être exactement le contraire pour ses partisans ...

  • Encore de cette Institution pour tous les insoumis !

    suite à la venue d'une personne qui se demande ce que sont les indignés ...

    Ce qui est intéressant c'est qu'il faudrait aussi une sorte d'accueil des personnes qui cherchent à agir: comment ? voir qui ? aller où ?
    Si le groupe est de discussion ce devrait être sur ces sujets et non de tourner autour des trolls .. Un autre gro
    upe plus "fermé" dans le sens où il fonctionnerait par invitation de personnes qui se connaissent et de confiance pour leurs idées, serait plus efficace désormais pour mieux coordonner, mener une direction et trouver des moyens d"agir réellement et avec des méthodes similaires et autant ambitieuses qu'enthousiastes et généreuses...
    Le mouvement des indignés en France est sur un autre fil que celui des manif et de la croyance au renversement du gouvernement qui serait efficace ! .. c'est un choix pragmatique et peut-être plus froid qu'ailleurs ...
    Les indignés, ne sont pas seulement ceux qui se nomment ainsi, mais je voudrais souligner les 17 millions de personnes qui ont cru un instant que le MoDem pourrait être un vrai mouvement (il a débuté comme cela et on a pu y créer des instances démocrates).. mais comme c'était un parti reconstitué, ce blouz a été un pari perdu !...
    mais il y a nombre de personnes qui voient autrement le monde:
    La difficulté est de savoir par quel moyen nous rencontrer ?
    ce blouz c'est aussi les forums participatifs de Segolène ...etc


    Je dirais qu'une instance reconnue et assez lourde en puissance publique pour ferait pencher les indécis ...
    Et c'est à nous de créer cette institution (pas de bureaucratie mais bien une mutualisation et une organisation pendant la transition qui se termine actuellement...)
    .. le "dogme" Hessel a plu aux Espagnols.. c'est un petit livret, bien en retard sur ce que pensaient les 17 millions de français qui se sont confrontés en partie à la création d'un mouvement, resté sous le contrôle: comme expérience politique, ça a glacé un maximum !!
    finalement ça a ressemblé à tout ce qui constitue une dictature: communisme comme .. d'autres.. même si sa voie est moins armée et que certains sont tout de même restés.
    OK , ce n'a pas été une révolution, mais la constitution de ce mouvement, les regroupements qui y ont eut lieu, les réflexions.. ont permis de comprendre que si ce sont des encartés ou des "partisans" quels qu'ils soient qui organisent, alors à un moment donné, ce sont eux qui prennent le terrain !!
    jamais plus !
    C'est tout notre système de prise de décisions qui est à revoir.. pour une post-démocratie (qui sera encore autre chose.. et le tirage au sort ne semble pas être suffisant, voire avec son accoquinage avec les extrémistes plutôt dangereux !
    pour dire ...

    Et pour réponse d'un indigné:

    "Contrairement à l'Espagne ou l'Italie où le combat reformiste est fort et fait bouger les lignes, en France c'est un mélange chelou de gauchistes, de nationalistes, d'anticapitalistes radicaux à des idées proches du FN.

    En France les syndicats sont corrompus, les indignés inexistants, sans ligne claire et sans actions, je préfère ne pas parler des syndicats anarchistes et d'alternative libertaire (ATTAC Bis, rien d'anar), ATTAC et le NPA s'effondrent... Le seul moyen de lutte c'est boycotter ce que tu peux, puis créer un groupe informel avec tes potes pour des actions ?-, va dans les manifs, puis informe toi... Y'a pas mal de journaux sympa pour s'informer en ligne

    http://lechatnoiremeutier.wordpress
    http://www.okeanews.fr/ --> Un journal fait par un Grec francophone sur la situation en Grêce
    http://juralib.noblogs.org/
    http://cettesemaine.free.fr/spip/ --> Un bon site remplis d'actions, pas forcément facil à faire xD (si tu réussi à foutre le feu à un macDo, ne me préviens pas^^)
    http://www.cqfd-journal.org/ --> Un très bon journal d'analyses politiques.

    En coupant ta TV et en lisant du alternatif tu va trouver plein d'idées d'actions "

  • Sciences - temporisation - rigueurs et Universalismes


    OU comment trouver les étapes de structuration de nos sociétés à venir ?
    et sur quelles bases les fonder ?


    ...il y aurait une série d'étapes des civilisations: 1 croyances magiques - 2 animisme - 3 cultes païens - 4 religion officielle - monotéisme ...etc en un cycle , nous en serions au retour de l'animisme ? ;) (je fausse les cartes ..) Quant aux très anciennes civ. elles sont marquées par le peu d'habitants, les conquêtes, les mises en esclavage et les massacres, de très très rares "scientifiques", des technologies qui s'affinent et se diffusent dès les premiers moyens de communication.. de plus en plus vite...
    Si on cumule tout ce savoir dans ce que nous avons nous en tête, nous serions des génies !
    Il y a aussi un truc bien déployé, c'est le fait religieux, qui semble s'opposer rapidement au fait scientifique, tout relatif et temporaire, contrairement au religieux qui est donné comme infini et perpétuel, une merveille.
    Et vous savez quoi ? .. LA science demande une rigueur et un éveil de la conscience bien plus élevé que la religion qui s'accorde à donner des idées universelles que nous avons en nous tout en les ritualisant puis en les délivrant pour pardon..etc (biais à terme..).
    La science est d'abord contre-intuitive et particulièrement détestable dans ce qu'elle affirme alors que l'entendement ne le comprend ni ne le voit ! Ce ne sont plus des rituels, mais des apprentissages nécessaires qu'elle délivre avec difficulté de compréhension.
    Un autre point est aussi la simplicité que nous avons à comprendre les mythes, à les aimer, à les écouter ...
    La science s'oppose au sens commun et pose de nombreuses barrières à l'infini de la pensée: pire, la rigueur statutaire du scientifique l'oblige à restreindre sa croyance pour ne pas être confondu avec un charlatan ! .. duplicité de l'esprit qui ne peut marier intuition et expérimentation.
    Cette rigueur nécessaire à une justice de publications scientifiques couronnant ces écrivains d'élite, s'est répandue dans ce que nous nommons des normes, des interdictions tout autant que des protections individuelles ..

    Bien, soit c'est leur challenge ! .. Mais cette rigueur comptable oblige chacun a devenir un produit de choix, restreint et contrôlable le long de sa vie dont il a fait lui même le label dans sa définition de lui-même.. Ce récit de soi, pour être encore rigoureux, nécessite des examens pour prouver un niveau de compétence face aux examinateurs filtreurs ! ..etc

    Ce monde est complexe parce que des gens qui ont voulu bien faire en s'attachant à des pseudo-sciences telle que l'économie, ont créer des niveaux hiérarchiques particuliers d'aptitudes spécifiques mais toujours et encore limitées .. Et oui, est chercheur (le plus haut niveau scientifique) celui qui a ingurgité et régurgité tel quelle sa science. (voir plus haut l'incroyable toile culturelle du philosophe Stiegler).. oops, enfin pour les enseignants.. ooh et tant qu'ils le restent par la diffusion de leurs recherches: l'aboutissment est loin, l'étape est justifiée, les constats faits. (mince ! trop bref et facile !) PROVOC'
    ..
    Nous aimons tellement les contes, tandis que notre société tente vainement de nous protéger de nos folies ...

    Les marchands, là-dessus tout autant que les financiers, ceux qui sont aux commandes de la délivrance des moyens de vivre, lesquels ont aussi été par définition, restreints dans un but louable (?)...

    A n'en plus finir, les injustices claironnent car elles sont bien des contournements directes des scientifiques structurant (hhumm devenus des bureaucrates hélas !!) nos moyens d'échanges et d'habiter.

    --> l'intéressant actuel c'est qu'il y a une coïncidence entre les faits scientifiques et les croyances de fond en un individu doté de facultés universelles (heu, j'ai pas insinué qu'un dieu est en lui .. ;))
    Celles-ci datent .. des origines de nos besoins de survie en zones naturelles (des tribus servent de témoins à ces faits).
    --> Autrement dit: tout porte à estimer que la rigueur scientifique peut être un outils efficace de reprise d'une direction viable et saine, durable enfin soutenable aussi.

    --> Lorsque les agents responsables des errements et des injustices flagrantes auront été déterminés (ils le sont, tel Monsanto !!), le jeu des puissants qui fuient tout en utilisant les mécanismes comptables défaillants tels les richissimes grecs ..., les études biaisées et orientées des ultra-banques mises à plat.. enfin j'en passe, nous les connaissons un par un.

    --> par cet épluchage non pas comptable mais de bon sens (il s'agit pas d'effacer une ligne mais de déchirer la page !!), !NOUS pourrons établir des bases sereines (donc qui ne font plus peur à tout le monde dans cette folie du lendemain refoulée en un espace sauvage urbain !)

    -->recréer une structure est délicat et difficile. Utiliser les pans et colonnes qui tiennent de justes institutions est nécessaire et tant que c'est pas de l'auto-promotion (encore que cela dépende du type d'institution). Adosser et relier l'ensemble léger et tendu des croyances justes et non néfastes, des universalismes propres aux humains et bâtir ces plateformes flexibles de mutualisation comme des territoires ajustés aux besoins et à la population.
    -->C'est aussi pourquoi je traine sur ces logiciels (y compris d'intelligence artificielle), que j'indique comme étant neutres dans le résultat qu'ils donnent d'après les débats et éventuels votes/choix des populations concernées.
    --> Le respect des autres cultures .. des non-scientifiques, voire hyper-religieuses, des dictatures ? ... pourrait être dépouillé d'un jugement moral par un simple jeu de déshabillage honnête de leur structure actuelle, les liens de marchandages ne pouvant plus être cupides ou vaniteux déformeraient celles-ci en un besoin de se raccorder à cette nouvelle donne: non plus une visée économique pour s'approprier des ressources, mais une poussée vers l'élan humain que ces sociétés ouvertes auront adopté. = échanges sur une autre comptabilité que celle du cycle marchand.. (celle de ce qu'il est possible de distribuer et d'échanger tant qu'il y en a encore...prévision sans stock épargné autre que de secours )
    --> dans ce mode ou chacun est véritablement une part du TOUT humain/sociétale/Terrien à la mesure de son engagement, mais de son effort et de l'émulation qui lui est donné; la hiérarchie est bienveillante et élévatrice vers cette connaissance qui n'est plus un "à moi !" (processus qui lui, hélas est aussi bel et bien inscrit dans nos cerveaux, comme le désir d'avoir ce que l'autre possède !!)
    --> "l'openness" "l'ouverture d'esprit", sont de rigueur !
    --> les biais concurrentiels ne concernent plus la destruction des autres mais l'amélioration constante des produits jusqu'à leur durabilité éprouvée, ... le cycle d'innovation est rétabli en un jeu de nouveauté pour tous nos esprits avides de savoirs, plus mieux, autrement.
    --> !NOUS sommes universels. individuels. conscients.

    **cela rétablit-il le "Universalité-équité-connaissance" de ce nouvel univers dans lequel nous entrons ?
    ..bla, ben quoi ? je vous ressors en vrac ce que j'ai lu/entendu  dernièrement, en toute vulgarisation.. pourvu que cela !NOUS rapproche..
    * un manifeste !! ;)