Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Mais vous êtes où ???

    Sur un programmes de discussion et de vites ..  nous cherchons à organiser ces groupes qui ne  le sont que de leur côté mais qui ont pourtant des objectifs similaires...

    Nous devons avoir des cartes de visions futures et être cohérents... j'explique ne partie mes vues et ce qui les soutient:

    Une cartographie des objectifs sains pour notre société, des “sous-projets” qui y mènent.
    Une lisibilité et une cohérence globale, trouver les moyens de fédérer par individu libre et non de groupe tout en indiquant les emblèmes de groupes: leur dogme traduit des directions parfois inamovibles: indiquer ces essences.
    Définir des intérêts communs à chaque régions et voir comment se répartissent les objectifs…: impliquer les groupes divers (assoc + partis..) dans la définition de ceux-ci et en retirer aussi les idéologies: mise à plat de la réalité et des besoins urgents par rapport à ceux qui sont déco. …
    Créer une carte des projets “qui se tiennent” sur toute la FRAnce en premier lieu de cohérence: non plus des intérêts locaux ou de partis mais bien ce qui est la réalité : des régions n'auront peut-être pas tant de besoins si forts que d'autres: les inégalités doivent être transformées en équités de droit !

    Organiser en constatant les dysfonctionnements dûs aux modes de prises de décisions sur des projets influents globalement. Les objectifs et les groupes allant dans des directions similaires créeront des supports emblématiques mais non embrigadant.

     

    On sait que nous ne sommes pas assez pour tout faire ..

    Nous pouvons remarquer que beaucoup de gens sont pourtant dans un état d'esprit "quand cela va se terminer ?"

    De multiples groupes sont constitués et analysent, agissent, avancent.

    Doit-on les appeler "spécialistes" ? et tendre vers un mécanisme de pré-mâchage d'explications/de décisions/de démonstrations par des spécialistes en supposant qu'ils vont savoir répondre... Oui .. et NON, en fait ils sauront expliquer leur propre secteur mais ne sauront pas toujours s'extraire de leur démo. pour penser stratégie globale:

    Transdisciplinarité c'est le terme qui doit convenir pour moduler et construire:

    des spécialistes n'ont pas tous les outils pour intégrer leurs éléments à une analyse globale.

    Ainsi une personne de bon sens saura voir les défauts directs mais sans les expliquer, le spé, serait-il pris dans un échafaudage par lequel il structure sa vision ? = il aide à préserver son propre domaine. Il doit donc y avoir une répartition ouverte et non spécialisée, mais dans laquelle des spé se "baladent" autant comme personne ouverte mais non indiquées comme spé, dans tout groupe où il peut donner un avis sensé: l'usage d'un spé c'est pour faire pédagogie de phénomènes incompréhensibles de visu.

    C'est comme de laisser des politiques diriger le pays: ils ont une vision close, ils font faire des dossier et .. les retournent vers leur avantage de maintien.. occultations d'info, mise en valeur d'autre: le spé ne peut décider dans son secteur, juste expliquer.

    Donc une organisation est composée de groupes de projets successifs et convergents vers un projet phare (un entonnoir=liqueur):

    --> organiser le nouveau type d' "Etat" c'est voir les domaines, coordonner les groupes avec méthode "en direction de.." et là il nous est nécessaire d'user de méthodes pour savoir un ensemble de "traits" qui aideront à indiquer des objectifs clairs: ex: revenu de vie, entreprises civiles, définir des territoires culturels ( régions ?), poser les bonnes valeurs et leurs liens efforts en commun contribuant au confort de vie générale sur un territoire, indiquer des gouvernances neutres et du possible (pas de crédit !) mais des mutualisations en basculement annuel..la création d'une monnaie en chaque région adaptée ou une monnaie mondiale évaluant chaque marchandise à son prix/coût juste (dans ce qui le compose) ...

    --> donc un nombre suffisant de paramètres de société qui influenceront notablement la vie quotidienne

    --> la carte des groupes avait été commencée, mais le nombre élevé de groupuscules et de démarches non coordonnées ou incohérentes (pas assez de fond) a été fatal: le combat menait à des manif. inlassables et sans force: maintenant si ces groupes acceptent une cohérence liée à un outils de décision et de votation rapide.. un peu comme celui-ci.. mais avec plus de doc et de poids sur le comment et le quoi,...

    --> c'est pour cela que j'accentuais l'utilisation non plus de discussion qui restent locales et redondantes, mais d'outils neutres et référant les arguments et le poids de ceux-ci.. dont un en test qui est capable de retirer les projets les plus pertinents (parmi un panel restreint hélas) (satisfaction) tout en indiquant le taux de résistance: un ordre de priorité se crée de lui-même, impossible à trouver sans une direction même en sociocratie...

    --> faudrait-il indiquer une histoire future ?

    --> tout cela c'est à plusieurs car très long pour une personne à rassembler en un doc propre et clair... ==> le recrutement doit se faire par intérêts multiples des groupes contactés pour des domaines cartographiés: des ilôts de convergence

    ==> ceux-là sont pour moi des hyperstructures: il s'agit d'organiser autant géographiquement que sur un modèle, un ou des objectifs adaptés.

    ==> lister l'ensemble des besoins simples, des domaines

    ==> réaliser par copies de ce qui se fait déjà et qui est éthique et "validé" par tous les groupes: avoir donc une plateforme de centralisation des réussites/échecs et leur parcours stratégique et process. ==> renvoyer à tous, une visualisation de plus en précise de ce qui va être et de sa non-dangerosité, de sa paisibilité..

    --> participations multiples et dénommées dans le projet: rôles et choix par des emblèmes et non des partis ou l'obligation de soutenir une seule voie philosophique: liberté individuelle tout en indiquant ce que sont les groupes sur une carte de plus en plus précise de leurs orientations: non militantisme mais actions diverses individuelles sur des réalisations concrètes...

    --> pas de discours politique, mais une constatation qui ne peut avoir d'argument justifiable:

    les faits parleront !

  • Humua .. le soi et autour...

     En bref et pour l'instant, être soi en considérant autour (autrui+environnement) comme phénomène externe réel, et en agissant pourtant avec.
    Le libre arbitre est dicté par le cadre bienveillant.
    Le désir est alors lié à soi et non plus à autour et l'action constructive renforce en retour ce cadre bienveillant.
    Chacun-e est alors un soi attentif et centré, dont les actions bénéficient autour et non plus à soi même; l'existence phénoménale est alors parcourue d'actions éGo-systémiques dont chacun-e est l'heureux-se bénéficiaire.
    Ainsi, l'individualité est remplacée par l'identité dont seul autour renvoie une image d'accomplissement progressif, l'identité "être soi" vivant une entité d'actions généreuses.

    Maintenant, et comme nous partageons un milieu phénoménal, le cadre étant une frontière agressive d'interdits épi-phénoménaux; Autour étant détaché de son environnement, cette dislocation généralisée conduit à l'augmentation du phénomène individualiste où chacun-e se bat pour préserver son environnement, son soi étant noyé sous des lois multiples et ponctuelles.
    La division fait les intérêts de quelques uns qui sont nourris par un système chaotique où les identités y sont corrélées et n'ont plus d'autres libre arbitre que d'agir indépendamment les un-es des autres...
    Le soi n'est plus centré mais expulsé le plus loin possible afin de laisser la représentation (ego) de soi devenir l'acteur d'une vie d'épi-phénomènes déliés.
    Seul semble compter la réussite des chaines d'actions individuelles explicitement proposées: sous cette réussite se couvre explicitement une humiliation évitée, et un contrat social imposé: l'évitement de la sanction est l'échec premier...